0
Midnight Tales | Sophie Castillo, auteure

Qui suis-je ?

Sophie Castillo
A probablement été un chat dans une autre vie et voue un culte à ses 2 panthères miniatures.

Je suis née à la fin des années 80 dans les Hauts-de-Seine, où je n’ai passé qu’une toute petite partie de ma vie. Aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours baigné dans le monde de l’écriture car j’ai appris à lire très jeune et, automatiquement, j’ai eu moi aussi envie de raconter des histoires.

Petite, quand je n’écrivais pas dans mes multiples journaux intimes, je tapais frénétiquement sur les touches aux couleurs acidulées de ma machine à écrire. J’inventais des histoires de chevaliers, de princesses et de chenilles qui se transforment en papillon. Vers l’âge de neuf ans, j’ai imprimé et fièrement (mal) relié mon premier « livre ». Dès lors, j’ai su que c’était ce que je voulais : écrire des histoires, les imprimer et les ranger dans mes tiroirs avant de passer aux suivantes.
Plus tard, j’ai décidé sous l’impulsion des membres d’un forum sur lequel je faisais mes nouvelles armes d’internaute, de mettre en ligne l’un de mes textes. On était en 2005, j’ai publié ma première et unique fanfiction sur Highlander, sobrement intitulée Ambre. Malgré de bons retours, je n’ai pas poursuivi dans cette voie. Je n’ai jamais cessé d’écrire, sauf que je gardais mes histoires pour moi.

Le temps aidant, j’ai pris un peu d’assurance, j’ai fait lire des extraits de mes romans autour de moi mais je n’étais jamais satisfaite de ma production que je trouvais bien en-dessous du niveau que j’attendais. J’ai attendu 2015 avant d’oser de nouveau publier mes textes sur internet, via mon profil Wattpad. Ma première trilogie Entre deux mondes et son roman-annexe Abysses m’ont permis de repousser mes limites. J’envisage aujourd’hui d’aller plus loin, c’est pourquoi je me tourne de plus en plus vers différentes voies éditoriales et plus particulièrement vers l’auto-édition.

Écrire est une vocation et une échappatoire.
Je navigue entre tous les genres et ne me fixe d’autres limites que celles de mon imagination.