#CampNaNoEnRetard : 25K

cqrf

On y est.
J’ai atteint hier l’objectif que je m’étais fixé pour mon #CampNaNoEnRetard et je suis : soulagée. L’écriture en ce moment est particulière, pour des raisons sur lesquelles je ne peux pas trop m’étendre et l’avenir se révèle un peu incertain. Mais on ne perd pas de vue l’objectif que je me suis fixée pour 2021 : publier deux romans.
Et on en profite au passage pour applaudir ma coupine Rozenn qui elle, a bouclé son roman en une quinzaine de jours ! (j’ai gagné mon pari et je me la pète un peu, je vais le commencer bientôt, jalousez-moi.)
Alors, Ceux qui restent, où on en est ?

J’avais préparé un peu en amont mon synopsis et force est de constater que j’ai tendance, encore et toujours, à dévier. Pour la première fois, je n’ai strictement aucune idée d’où cette histoire est en train de m’emmener, ni comment elle va finir. J’avais prévu beaucoup de choses, certaines ont été mises en place, d’autres carrément abandonnées. Mes personnages m’embarquent dans des travers étrangement similaires aux miens et au final, adieu l’ambiance bayou/jazzy de la Nouvelle-Orléans, tout a été lissé. Ce dernier point m’embête beaucoup, car j’ai coutume de dire que si l’on place l’histoire à un endroit précis, c’est pour en exploiter le potentiel. On verra ça à la correction.
Le sentiment global autour de Ceux qui restent est très positif. Les quelques difficultés du début s’estompent (les descriptioooons, je déteste les descriptioooons) et j’en tire un sentiment assez similaire à celui que je racontais dans cet article, pour Éphémère : celui d’être en pilote automatique et de découvrir mon histoire au fur et à mesure. C’est à la fois génial et perturbant.

Celleux qui auront eu la curiosité de lire Sun ont déjà rencontré le personnage qui va bientôt faire son apparition dans mon roman. Pour l’occasion, j’ai demandé à la toujours très talentueuse Anne-Sophie Hennicker de représenter le duo infernal Sun-Ari et… bon, a-t-on besoin de dire que c’est BEAU ? ♥ (on clique pour agrandir)

J’en profite pour vous en parler un peu plus. Sun est une jeune coréenne installée aux USA depuis peu, notamment pour fuir une famille assez traditionnelle et pas toujours encline à accepter ses choix. Dans le bus qui la ramène à l’aéroport, elle rencontre Ari, d’origine tahitienne, lui-même en partance vers son île. Ces deux-là vont croiser les jumeaux dans d’étranges circonstances.

En vrac

Quelques morceaux que j’écoute en boucle pendant la rédaction

L’extrait qui va bien

On ne connait jamais le véritable silence. Le monde joue sa propre partition à base de vent, de feuilles qui bruissent, de branches qui craquent, de pluie qui s’écrase sur le sol. Et même lorsque la Nature dort, le bruit dans nos oreilles prend le relais. Une sorte de sifflement très diffus, un écho de mer à travers un coquillage. Là tout de suite, j’entends le toit goutter, la nuit chanter, mon cœur qui essaie de se rappeler comment battre correctement. Et pire que tout, j’entends l’absence qui s’installe. Elle n’attend pas que je lui ouvre, tu penses. Elle laisse ses valises tout près de mon estomac, je sens leur poids quand elle les pose. Puis elle commence à bâtir sa maison, là, au creux de mes tripes. Elle les déplace, les broie, les écrase. Consolide ses fondations, remonte jusqu’à mes poumons pour y installer son toit. J’en ai le souffle coupé, je dois me concentrer sur chaque respiration tant elles se désynchronisent. Puis elle fait un feu de cheminée, qu’elle alimente avec mes restes. Sa fumée remonte jusqu’à ma gorge, me donne envie de vomir. Putain, je la hais.

Découvrir les premiers chapitres ?

J’ai eu l’idée un peu saugrenue ces derniers jours de partager le début de mon roman pour les lecteurices les plus assidu·e·s.
Comme je me suis engagée hier sur Twitter à faire lire un extrait en avant-première à la personne qui devinerait qui était représentée sur l’illustration, j’attends que cette dernière ait pu le lire avant de mettre le reste en ligne.
Un second article avec toutes les modalités et le lien d’accès sera donc publié tout bientôt 😉

NaNo 2020

Un projet a commencé à s’incruster dans ma tête pendant que je rédige Ceux qui restent. Autant dire qu’il me hype très fort et je pense qu’il sera mon projet NaNoWriMo 2020 ! Je n’en parle pas plus pour le moment, car j’ai d’autres choses à boucler avant, que j’ai promises pour cet été et sur lesquelles je suis très en retard… Je donne simplement le nom de code : #ProjetCroquemort (oui, ça promet). Ce sera quelque chose que j’espère un peu loufoque, avec un personnage fort qui pourra même annoncer d’autres textes à venir… à suivre, donc !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *