• Aucun article

Harvey

Apparitions

Sur le Bitume
Sous la Cendre (narrateur principal)
Tant que nous sommes vivants

Biographie

Né dans une famille bourgeoise parisienne, Harvey mène une existence tranquille.  D’un caractère sensible,  il ne se mêle pas beaucoup aux autres. Très intelligent et fasciné par la nature, il décide rapidement de devenir climatologue. Il s’inscrit dans ce but à un master climat environnement à l’Université Paris-Sud, avec une spécialité en géodynamique et géochimie environnementale.

Une fois sorti du cursus universitaire, brillamment diplômé, Harvey intègre une entreprise anglophone privée, la Fondation Eleanor. Ce poste lui permet de voyager partout à travers le monde pour ses relevés et ses photographies, mais également de donner des conférences dans les plus prestigieuses institutions. Au fil du temps, Harvey continue de se former et se spécialise davantage. A force de voyager, il relève des données de plus en plus alarmantes et intervient même dans certains journaux télévisés. Sa présence dans les médias ne plaît pas à son employeur, qui lui demande de rester discret. Harvey obéit sans broncher, tant il n’est pas à l’aise sur le devant de la scène. Il reprend ses activités normales et se rend très régulièrement dans le nord des États-Unis pour étudier une augmentation de phénomènes météorologiques inexpliqués.

Il sera arrêté lors de l’un de ces séjours, un évènement qui va faire la une des mêmes médias qui auparavant l’encensaient. Harvey s’estime victime d’une erreur judiciaire et ne comprend pas d’où viennent les terribles accusation lancées contre lui. Jugé dans ce que son avocat considère comme un simulacre de procès, Harvey écope d’une peine de prison à perpétuité. Ses tentatives pour obtenir un nouveau procès sont toutes balayées. En attendant de pouvoir obtenir une réouverture de son affaire, par sécurité, l’administration pénitentiaire décide de le transférer dans une prison de Minnesota.

Citation

L’air est très lourd, suffoquant. L’extrême pâleur du ciel agresse nos yeux, sans parler du blizzard. On n’y voit pas à dix mètres. Le pire reste le silence. On n’entend rien. Ni oiseau, ni insecte, ni vent. Ce constat me donne la chair de poule.

Source photo : Inconnue
Modèle : Nick Frost