[Dossier] Les corrections : comment tu fais, toi ?

Comme je le bassine à longueur de temps en ce moment, je suis en plein dans les corrections du premier jet d’Abysses. Qu’est-ce que j’entends par « corrections » ? Comment procède-je ? Quid de l’alpha-lecture ? J’avais envie d’en parler un petit peu par ici. Comme l’article va être long, je vais le couper en deux parties. Ici, je ne parlerai que de la relecture. Dans la seconde, je parlerai des corrections en elles-mêmes (réécriture, orthographe, grammaire, logiciels utilisés etc…).

Attention, ce dont je parle ici ne concerne que moi seule. Il y a énormément de ressources pour auteur décrivant des méthodes sur les corrections. Personnellement, j’ai longtemps tâtonné avant de trouver une technique qui me plaît. Elle m’est propre et en aucun cas ce que j’expose ne doit être suivi au pied de la lettre, c’est purement informatif. Je ne suis pas une gourou de l’écriture, je suis loin d’en être une professionnelle, il fallait que ce soit dit 😉

1ère étape : Laisser reposer son texte.
Ça y est, je viens de poser le mot « fin » sur mon manuscrit. Immédiatement, je suis envahie par un grand vide. Mes personnages me manquent déjà, je me sens désertée de toute énergie, j’ai juste envie de me rouler en boule et rester dans un coin. La première tentation est bien évidemment de reprendre déjà tout mon texte. Je sais que des passages sont très faibles, peu efficaces, que les incohérences sont nombreuses et qu’il faudrait en réécrire une bonne partie. Grossière erreur. Je suis encore trop « dedans », je n’ai aucun recul et forcément, la qualité de mes corrections en pâtira. Du coup, la mort dans l’âme, j’enregistre mon fichier et je le laisse en sommeil. Là, la durée est extrêmement variable. Dans le cas d’Abysses, j’ai attendu un mois.

Objectif : relire ce que j’ai écrit d’un œil neuf.
Durée de l’étape :
variable d’un texte à l’autre

2ème étape : la relecture.
L’attente a été longue, je n’ai pas arrêté d’y penser, de tourner les possibilités dans ma tête, puis je suis passée à autre chose. Bien sûr, mon cerveau est toujours « en veille ». Je ne touche pas mon texte, mais je note. Tout. Cette phrase prononcée dans une émission, cette idée qui m’a titillée la veille, ce bout de dialogue à rajouter… J’estime que je suis prête à reprendre mon manuscrit quand je ne suis plus capable de réciter par cœur les premières phrases de mes chapitres (oui, bon).
Je dépoussière un peu Word, je rouvre mon fichier mais je n’y touche toujours pas. Je l’imprime, en général, où le met sur ma liseuse. Là, je commence ma première relecture.
A cette étape, je ne fais aucune correction. Je me contente de lire mon roman d’une traite, de déceler les passages qui conviennent et ceux qui ne conviennent pas, je regarde l’enchaînement des évènements dans leur globalité. Sont-ils crédibles ? N’ai-je laissé aucun personnage de côté ? Les derniers chapitres répondent-ils à toutes les questions posées ?

Objectif : tester mon texte, voir si l’histoire tient la route et si les personnages sont bons.
Durée de l’étape : Pour Abysses, deux jours ont suffi.

3ème étape : la seconde relecture.
Je commence à entrer dans le vif du sujet.
J’ai à côté de moi un pense-bête que j’ai dégoté sur le net (celle-ci), imprimé en plusieurs exemplaires. Pour cette seconde relecture, je vais noter au fur et à mesure ce qui ne va pas, les choses à changer, enlever totalement, ajouter, les incohérences etc. … Le côté pratique de cette liste, c’est que les petites cases me permettront par la suite de marquer les changements comme effectués et de savoir très exactement où j’en suis. Sur la photo ci-dessous (que j’ai floutée de façon extrêmement moche, nous sommes d’accord), les trois premières phrases sont les indications à suivre pour le chapitre 1. Je n’ai pas eu besoin de noter quelque chose sur mon prologue, que je trouvais assez clair comme cela (mais pas parfait pour autant, vous le verrez dans le prochain article). Dans le cas du premier point, par exemple, j’ai indiqué que l’addiction de Hope à la « Belle-de-Nuit », une drogue puissante, devait être davantage mise en avant. Vous voyez aussi que pour les effets de cette dernière, je me suis très fortement inspirée de l’opium.
Dans mon premier jet, il y avait également mention de deux méga-corporations, dont l’une disparaissait par magie vers la fin du livre. Tous ces petits détails formaient de grosses incohérences pour la suite et se sont retrouvés sur ma liste.
Une fois le roman entièrement relu une seconde fois et annoté, c’est parti pour la…. Troisième relecture ! 😀

Objectif : entrer dans le détail, commencer à décortiquer le texte.
Durée de l’étape : tout dépend des corrections. Pour ce roman, trois jours.

4ème étape : la troisième relecture, parce que jamais deux sans trois.
Bon, j’ai relu le roman deux fois, j’ai noté tout ce qui ne me plaisait pas, je devrais être calée sur le sujet. Eh bien non, parce que sinon je ne serais pas perfectionniste !
Je procède donc à une troisième relecture, pour être certaine d’avoir tout noté et relevé. Je réinterroge chaque point indiqué dans ma liste. Et si finalement je laissais cela comme ça ? Et si j’enlevais plutôt ce point-là ? Qu’est-ce qui est essentiel dans l’histoire que je pourrais avoir enlevé ? A cette étape, je note aussi les éventuelles recherches à faire pour compléter tel ou tel point. La ville dans laquelle se situe l’action, par exemple. Au début, elle était coupée en quartiers spécifiques. Finalement, j’ai décidé d’enlever ce découpage, ce qui implique de refaire un plan de la ville. Où est tel bâtiment ? Tel quartier ? Quelle est la durée du déplacement et comment Hope se déplace-t-elle ? Eh oui, quand j’écris, j’essaie de penser à tout et surtout à n’importe quoi ! Je suis d’avis que plus on a une image très précise de ce que l’on décrit, mieux c’est pour que le lecteur soit immergé totalement dans l’histoire. De même pour les personnages : sont-ils trop ? Pas assez ? Qui est laissé de côté ? Qui prend trop de place ? etc. …

Objectif : dégager les éventuels points nécessitant des recherches
Durée de l’étape : aléatoire

Ceci fait, j’ai deux options : où je me lance dans les recherches soulevées par ma dernière étape, où je peux enfin commencer à toucher au texte. La suite dans le prochain article… 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *