[Partie 2/3] It feels like Home

loch_shiel

Dans l’épisode précédent : après avoir découvert Highlander et l’Écosse à 14 ans, Sophie a décidé de se lancer et de visiter ce pays par elle-même quinze ans plus tard.

Rencontre avec l'(H)histoire.

Le lendemain, nous reprenons déjà la route. Après une première (longue) randonnée qui nous a bien fait comprendre que ça GRIMPE, on se dirige lentement mais sûrement vers LA destination : Glenfinnan. Plus connue du grand public pour son célèbre viaduc, Glenfinnan a pour moi une toute autre signification. C’est là que se trouve le Loch Shiel, autrement dit l’endroit où est supposée être née mon personnage. Bien évidemment, on ne manquera pas le passage du train mythique mais mon réel objectif n’est pas celui-là. J’y songe dans la voiture, au moment où nous arrivons près de Glen Coe. Pour ceux qui ne connaissent pas, la vallée de Glen Coe est connue pour avoir été le théâtre d’un massacre en 1692, dont vous trouverez quelques éléments ici. Car c’est là un des aspects que j’aime le plus dans ce pays, l’Histoire avec un grand H. Et là, énorme coup de poing dans ma face, je n’en crois pas mes yeux, j’ai l’impression que les montagnes sont photoshopées tant elles sont belles. Plus on roule, plus je demande à s’arrêter. Je pourrais rester là pendant des heures.

Le lendemain est la journée la plus chargée émotionnellement de mon périple. Non seulement je dois aller sur les lieux de mon histoire, mais je suis aussi supposée découvrir LE château le plus connu d’Écosse : Eilean Donan Castle. Je l’ai vu tant de fois sur mon écran que si je ne dois en visiter qu’un, ce sera forcément celui-là. Highlander oblige.
Levés aux aurores, on trouve une place de parking par miracle et on se dirige d’abord vers le viaduc. Je cherche ce fameux lac des yeux, sans m’apercevoir qu’en vérité, je passe devant : ça commence bien. On redescend rapidement après le passage du train, je sens que ça cogne fort dans ma poitrine, j’ai des milliards de questions et je dois me retenir de me mettre à courir.
Puis j’y suis. Enfin. Deuxième coup de poing.
Le temps s’est couvert d’un coup, il commence à pleuvoir. Il y a peu de monde encore et je peux admirer la rive à loisirs. Tout de suite, je prends mes marques. Là, à ma gauche, j’imaginais ces arbres exactement de la même façon. Le sol est plus rugueux que je ne le pensais, les montagnes plus proches. Je regarde en direction de l’endroit où Tara est censée avoir trouvé sa fille adoptive, Ambre. Et tout à coup, je sors mon téléphone. Voilà, enfin, je suis débloquée dans ce texte introductif que j’avais commencé. Le mot changeling me vient en tête, je rédige les premières lignes de ce qui reste l’un des mes chapitres préférés aujourd’hui.

C’est une sensation très particulière de fouler ce sol. J’ai l’impression de le connaître et de le découvrir en même temps. Je songe à Ambre, imagine ce que sa vie a pu être dans cet environnement. Je construis une partie de son histoire jusqu’alors inédite. Nul doute, c’est bon pour l’inspiration de visiter les lieux de son roman. Je n’ai pas envie d’y rester des heures, parce que je ne suis pas seule et que je ne veux pas être égoïste. Je récupère une poignée du sable sous mes pieds. Je reviendrai.

Nous reprenons la route sous cet étrange crachin qui cesse assez vite dans la journée. Faisons étape à Fort William, visitons un musée fort utile pour mes recherches sur la vie dans les Highlands et nous baladons dans les rues. Je suis encore sous le charme de Glenfinnan, j’avoue que je ne me souviens pas beaucoup de ce que nous avons fait après. Nous avalons les miles d’une allure tranquille pour nous diriger lentement mais sûrement vers l’île de Skye. Nous croisons des tonnes de lochs, de montagnes, de paysages magnifiques. Nous nous arrêtons régulièrement, je dois cumuler quelques 100 photos sur mon téléphone et ça ne fait que deux jours.
Il est tard quand nous arrivons en vue DU château. J’émerge enfin de mon rêve éveillé et admire ce second lieu emblématique. Les alentours sont sublimes, la visite m’émerveille, je prends encore des milliers de photos. Bien évidemment, je note tout afin de pouvoir le retranscrire de la façon la plus réaliste possible dans ma fanfiction. Et repère tout de suite les mentions des MacLeod et du film Highlander sur les murs du château (parce que oui, il y a un portrait de Christophe Lambert à l’intérieur).

Cumuler les signes de l’univers

Je ne vais pas détailler chaque journée, car cet article risque d’être trop long. Chaque soir, je prenais des notes sur mon téléphone, rédigeais des ébauches de chapitres, des descriptions, des dialogues. Ma fanfiction s’est (re)construite à travers ce voyage mais le plus étrange, c’est que je n’ai quasiment rien eu à corriger. Tout ce que j’imaginais s’est montré correct et j’en ai été la première surprise. Je disais dans mon article précédent que j’étais très fan de Roméo et Juliette, surtout de son interprète principale. Quelle n’a pas été ma surprise de recevoir un message privé de sa part pendant mon voyage… Un merveilleux signe du destin, non ?
Ce n’était pas le seul.
Tomber sur un Loch qui ressemble jusqu’au moindre brin d’herbe à un paysage imaginé, boire un chocolat au « MacLeod tables cafe », séjourner à côté d’un certain monsieur Richie, non loin de la Salvation Army (qu’Ambre connaît bien), passer devant un portrait de Sean Connery dans Highlander, dessiné sur les murs de l’hôtel… Certains ont été sollicités (comme apprendre les échecs un soir, activité qu’Ambre et son meilleur ami pratiquent régulièrement), d’autres non…
Tout, pendant ce séjour, m’a confortée dans l’idée que j’étais dans la bonne direction.
Et que cette histoire allait me poursuivre toute ma vie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *